Votre mairie

L'essentiel des informations de votre mairie à destination des habitants et des citoyens.

Vivre à Pontarlier

Les informations pour découvrir et vivre à Pontarlier : petite enfance, seniors, écoles, associations, commerces, quartiers...

Stratégies de territoire

Rubrique en cours de construction

Activités et loisirs

Toutes les activités culturelles, sportives et de loisirs sur Pontarlier.

Démarches en ligne

Parc Jeanine Dessay

Réouverture du Parc Jeanine Dessay en période estivale, du 5 juin au 15 octobre 2020


Découvrez le parc de la Maison Chevalier, rebaptisé le parc Jeanine Dessay depuis le 25 juillet 2019.  Avec le concours de l’association bisontine de pomologie et le jardin botanique de Besançon, les services municipaux accompagnés des jeunes de l’ADDSEA ont préparé l’ouverture de ce parc au public pour la période estivale, de 8h à 20h.

Chacun peut ainsi flâner au cœur de ce jardin de 25 ares situé en plein centre-ville qui fait partie du patrimoine historique de notre ville, et à découvrir des variétés exceptionnelles actuellement en pleine floraison.
 

© Olivier Chiodi
 

Un jardin qui aura su traverser les siècles…

Il fut créé dans les années 1670 sur l'emplacement des fossés des remparts de la ville pour subvenir aux besoins des 40 bernardines qui étaient venues s'installer à Pontarlier en 1665. Il est contemporain à la construction du potager du roi à Versailles par JB de la Quintinie.


© Yves Sancey, Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine ; ADAGP


Des travaux de grande ampleur furent nécessaire à sa construction : à la fin du 17ème siècle, on a construit des hauts murs sur une longueur de près de 100 mètres pour créer un microclimat, et on a apporté plusieurs milliers de mètres cubes de terre siliceuse dont la source la plus proche est à plus de 100 km du site.

Le résultat fut au rendez-vous : le couvent subsista jusqu'à sa fermeture décidée à la Révolution française. Aujourd'hui encore, les végétaux bénéficient des conditions favorables du site.

 

... tout en préservant une flore intéressante et parfois étonnante

Le parc abrite désormais quelques 600 espèces végétales différentes. Offertes par le jardin Botanique de Besançon, ces espèces dont certaines rares et fragiles n'attendent que vous pour les admirer sur place.
 

© Olivier Chiodi, Iris et lys orangés

 

 

En ce moment les lys orangés des Alpes finissent leurs floraison, ainsi que les iris (plus de 20 variétés, dont 10 botaniques).

Les œillets, roses anciennes (15 variétés) et la Buglosse d'Italie aux fleurs bleu gentiane sont à leur apogée, les plantes aromatiques, médicinales et les arbres fruitiers sont au top, le printemps sans mauvais temps ni gelées tardives leur ayant bien convenu.

Bientôt les lys martagon et les lys asiatiques vont prendre la relève, ainsi que les fleurs d'été.
Si vous avez de la chance, vous croiserez un de nos plus beaux papillons, le machaon, qui se reproduit sur place.

 

© Olivier Chiodi, Rose ancienne « cuisse de nymphe »

© Olivier Chiodi, Machaon

 

Les animations prévues par l'Association Bisontine de Pomologie annulées ce printemps sur la taille des arbres, identification et conseils de jardinage auront lieu dès que les conditions sanitaires le permettront de nouveau.

Bonne visite à tous !

 

Un peu d'Histoire...


Le haut mur d’enceinte du Parc, destiné à l’origine à isoler les religieuses de la société civile, a créé une situation abritée des vents et du froid. Ce microclimat a permis l’installation de plantes inhabituelles dans le Haut-Doubs : on peut ainsi y admirer le seul châtaignier de grande taille connu dans le secteur. Cet arbre a apparemment été rapporté du Lac Majeur en Italie au début du 20ème siècle.

On peut remarquer les tracés d’un jardin à la française matérialisé par des bordures de pierres ou des haies de buis délimitant les allées qui circulaient entre des zones potagères ou d’agrément ; les deux fonctions que remplissait ce jardin depuis ses origines. La culture des fleurs y a été aussi importante pendant la période du couvent pour leur utilisation symbolique.

Parmi les plantes qui sont encore présentes subsistent des arbres fruitiers adaptés à l’altitude, essentiellement des poiriers et des pommiers (les plus vieux ont une centaine d’années). On y trouve aussi des plantes d’ornement telles que des pivoines, des roses anciennes, des iris et des bulbeuses de printemps. Il y a enfin des plantes locales et protégées comme des lis martagon qui se sont même multipliés spontanément.

 

Une ouverture provisoire pendant la période estivale, en attendant d’autres aménagements futurs.


Aujourd’hui l’ensemble bâtiment et jardin sont devenus la propriété de la Ville de Pontarlier qui souhaite les mettre en valeur pour la population. Cette ouverture provisoire du jardin a été rendue possible grâce au soutien de l’association bisontine de pomologie et le jardin botanique de Besançon et à l’intervention des services municipaux et de l’ADDSEA. Les aménagements et l’entretien du jardin sont appelés à évoluer ultérieurement.
 

© Olivier Chiodi
 

Des aménagements supplémentaires à venir

Le jardin retrouve ses allées à la française matérialisées par des cheminements gravillonnés, qui circulent entre 14 terre-pleins créés à l'aide d'environ 1000 pavés, qui sont tous dédiés à des végétaux particuliers. Un point d'eau ainsi que les arrivées électriques ont été mises en oeuvre pour un futur éclairage. Comme annoncé en 2018, les aménagements et l’entretien du jardin sont appelés à évoluer à nouveau ultérieurement. En 2019, le Parc a ainsi été doté d'une signalétique avec un panneau d'information présentant les aménagements, la numérotation des terre-pleins et un étiquetage de la flore. A venir en 2020 : des cheminements pour personnes à mobilité réduite - PMR.

 

Un parc en mémoire de Jeanine Dessay

L’émotion suscitée par le décès de Jeanine Dessay, le 15 avril 2019, les hommages unanimes qui lui ont été rendus ont fait naître à Pontarlier et auprès des élus de la ville, dans les heures et les jours qui ont suivi, le souhait de donner son nom à un espace public structurant du territoire.

Ainsi, le jardin de la maison Chevalier, écrin de nature, rempli d’histoire, en coeur de ville de Pontarlier, porte désormais le nom de « Parc Jeanine Dessay » comme le symbole et la promesse d’une renaissance.